L’acceptation

Le temps de l’acceptation peut-être difficile.

Dans notre idéal, toutes personnes ayant le désir d’être parent, rêvent d’une parentalité « classique » (attention je dis classique sans aucunes « discriminations », les parents quel-qu’ils soient on leurs propre « classique » ❤ ). Pour nous c’était d’être des parents biologiques.

Quand on me demande pourquoi je vais avoir 30 ans que cela fait presque 10 ans que je suis en couple et que je n’ai toujours pas d’enfants?

J’ai souvent envie de répondre je vous emmerde! Cette parole est très dure à entendre quand notre rêve est d’être parents mais que la vie et notre santé en a souvent décidée autrement.

Pendant des années nous avons répondu que nous on préférait voyager, profiter de notre vie à deux, ce qui était plutôt vrai jusqu’à l’an dernière.

Nous avons repousser les examens autant que possible, parce que je pense qu’au fond de nous nous connaissions la finalité. Nous avons pleinement profiter de notre vie de couple, pour prendre notre temps, voyager et se stabiliser. Je pense qu’avant l’an passé, même si nous avions le désir de fonder une famille nous n’étions pas prêt à entendre ce qu’on allait nous dire; et personnellement je pense que je n’était pas assez mature pour devenir mère.

Une fois tous les examens fait et le verdict enfin tombé il vient le temps de la douche froide… Ce moment où l’on se dit pourquoi nous, comment surmonter ça, est-ce que notre couple est et sera assez fort?

Mon mari est la personne la plus aimante qu’il soit, je le savais avant d’entamer le procès-us mais il me l’a encore plus prouver depuis. A chaque étape j’ai essayer de rester forte pour lui, mais c’est enfin de compte lui qui m’a toujours tenue la main et m’a toujours dit que ça irait peut importe l’issus.

Pour nous le plus important c’est d’avoir une famille, peut-importe le moyen.

Nous avons fait notre « deuil » et avons avancer main dans la main.

Même si tout cela est difficile pour nous, nous oublions que cela peux aussi affecter nos proches. Nos familles sont très ouvertes, et si l’on avait choisi l’adoption cela n’aurait rien changer pour eux.

Mais je pense qu’il faut les préserver encore plus que nous car l’échec peut les faire culpabiliser, ils peuvent penser n’avoir rien vu dans notre enfance, que c’est de leurs fautes si nous sommes infertiles ou en difficultés.

Non ce n’est la faute de personnes!! C’est juste ainsi, c’est injuste, ça fait souffrir mais il faut vivre avec. Ma maman à beaucoup pleurer car elle trouvait cela injuste alors je l’ai rassurer comme j’ai pu. Mon papa et l’un de mes frères on eu du mal aussi en disant qu’ils ne savaient pas si eux auraient supporter une telle nouvelle. Mais c’est ainsi on y peut rien! Pour mes autres frères eux ça ne change rien, ils oublient même bien souvent cette petite différence.

Ça fait mal, c’est terrible, on se dit encore et toujours pourquoi nous; mais la médecine fait des miracles, et il y a des possibilités d’avoir un enfant, certes plus au moins longues.

Alors à toutes ses futures mamans, ses femmes qui rêvent de l’être, mais aussi à ses hommes qui veulent simplement être parents; ne perdez jamais espoir car malgré la douleur, l’incertitude, les démarches et les examens parfois longs et douloureux… Un jour votre tour, notre tour viendra, accepter cette différence, ce temps d’attente un jour vous aurez avec vous ce petit être merveilleux qui chamboulera toute votre vie et vous l’aimerez encore plus, tellement il aura été désiré ❤ ❤ ❤ .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close